Nous ferons commencer cette période avec les « invasions barbares ». Bien entendu, nous ne connaissons pour cette période « que » nos ancêtres liés aux familles régnantes. Et même dans ce cas, comme le montrent les travaux des historiens, la connaissance que nous avons est parcellaire et incertaine. Cela n’en rend pas moins la période passionnante. Cela nous permet également de bien mieux comprendre l’évolution, ensuite, des différentes branches familiales.

Les Invasions Barbares

Carte par Basilio [CC BY-SA 3.0] via Wikimedia Commons

Les principales invasions affectant l’Empire Romain d’Occident, lequel nous concerne a priori, sont dépeintes sur la carte ci-contre. Nous traiterons uniquement des peuples d’envahisseurs qui concernent a priori les différentes branches de notre famille et alliances, soit les Francs dits « Saliens », les Burgondes et les Vandales (d’après l’avancée de notre généalogie au 31 octobre 2019).

Les Francs Saliens dans le Nord et la naissance des Mérovingiens

Dans le nord se déroule la conquête des Francs saliens.

La dynastie des Mérovingiens proprement dite, une famille d’aristocrates Francs devenue plus puissante que les autres, pourrait commencer avec Chlodio.

Chlodio, profitant des troubles en Gaule occidentale, envahit l’Artois, prit Cambrai et occupa la région jusqu’à la Somme, en 445 ou 446 (Ibid.)

D’après les recherches récentes (publiées en 2014) d’Étienne Renard (son article est d’ailleurs passionnant, références détaillées en bibliographie), Chlodio aurait eu pour fils, Chlodebaude, et de son union avec Genildis, « issue d’une vieille lignée royale franque, les Merowingi« , serait né Childéric 1er ou Childéric de Tournai (?-481/482), lui-même père de Clovis (Renard, 2014: 96).

D’après Renard, l’histoire pourrait se dérouler ainsi. Chlodio était un chef franc, à la tête d’une armée issue de « forces d’élite romaines » composées de diverses tribus barbares en majorité franques (Ibid: 1031-33). Il serait né à la fin du IVè siècle (Ibid: 1034). Il aurait commencé à conquérir le Tournaisis and le Cambrésis entre 420 et 432. Pour légitimer et asseoir son nouveau regnum auprès des tribus franques, il marie son fils à la fille d’une tribu prestigieuse (avant 435). Puis ils reprend ensuite sa conquête aux alentours de 445, son avancée étant stoppée par Aetius à Vicus Helena. Clodebaude règne brièvement ensuite, mourant avant 451 (Ibid: 1037).

Childéric serait né approximativement en 435, et règne de 457/458 à 481/482 après « un exil de près de huit années (ca. 450 – 457/458 ?) (Ibid: 1034).

Lien avec notre histoire familiale

Si nous considérons – de façon malheureusement tout à fait anachronique – les régions dans lesquelles nos ancêtres identifiés les plus éloignés ont vécu, alors la famille concernée ici est celle des Lavoix et Alliances (accès à l’arbre généalogique détaillé ici). Le saut dans le temps que nous faisons – à part pour les lignées régnantes – est de 400 à 500 ans…!

Les matrilignées et le prestige

On voit ici poindre ce qui se répètera à maintes reprises tout au long de notre généalogie, les lignées nobles ou royales viennent bien souvent des épouses. En ce qui concerne leur mention, c’est un phénomène connu des historiens, comme le souligne Renard, citant les travaux de Le Jan:

De manière générale, l’intérêt pour une matrilignée dans les généalogies du haut Moyen Âge tient presque toujours au prestige de celle-ci – la généalogie des premiers comtes de Flandre en offre l’illustration la plus éclatante, mais celle des Pippinides n’était pas en reste. »

Renard, 2014: 1021

Les Burgondes

Les Burgondes se « transfèrent » en Gaule en 443 (Ibid, fn 32). Ils procèdent ensuite à leur expansion hors de « Sapaudia (cités de Genève, Nyon et Avenches) vers Lyon » (Ibid, fn 32).

En construction

Lien avec notre histoire familiale

Les Burgondes, encore une fois en utilisant une projection anachronique, cette fois de plus de 1200 ans (!), concerneraient plus la famille Carli-Renaux, dans ses branches Renaux et Roure-Aguillon et Alliances.

Les Vandales

Public Domain – Carte par O.Mustafin via Wikimedia Commons.

Les Vandales sont un peuple probablement originaire du Nord qui ensuite envahit progressivement l’Europe de l’Ouest en partant de l’actuel sud de la Pologne. Il finiront par constituer un royaume dont la capitale est Carthage (prise en 439) et qui durera de 435 (paix conclue avec les Romains) à juin 533, lorsque le royaume Vandale tombe et se rend à l’Empire Byzantin.

Donc, alors que le royaume mérovingiens se renforce, le royaume vandale disparait.

Lien avec notre histoire familiale

Carte du royaume des Vandales et des Alains en 526 apr. J.-C. par Panonian – Traduction en français : Binabik [CC0] – via Wikimedia Commons

S’il y a lien, il se fait pour la ou les parties de la famille avec des ancêtres Corses.

Au 2 novembre 2019, cela concerne la famille Carli, possiblement à travers la famille Leca. Aucun lien avéré avec des descendants des Vandales n’a pu cependant être identifié (au 2 novembre 2019). Le détail sera traité dans le site Histoire de la Famille Carli-Renaux et Alliances.

L’Age des Merovingiens

L’ âge des Mérovingiens dure donc de la fin du Vème siècle au milieu du VIIIème siècle. Le couronnement de Pépin le Bref en 754 marque la fin des Mérovingiens et le commencement de la dynastie des Carolingiens.

L’histoire des Mérovingiens est marquée par l’émergence d’une forte culture chrétienne parmi l’aristocratie, l’implantation progressive de l’Église dans leur territoire et une certaine reprise économique survenant après l’effondrement de l’Empire romain.

Wikipedia (en attendant mieux)

Byzance, la Corse et Les Lombards

Les Lombards commencent à s’infiltrer en Corse au milieu du 7ème siècle. Au milieu du 8ème siècle, ils contrôlent Ravenne, la Toscane et la Corse, celle-ci étant sous la domination du Lombard Rothaire en 754-756.

Lien avec notre histoire familiale

En construction

Références

LE JAN, Régine. Famille et pouvoir dans le monde franc (VIIe-Xe siècle): Essai d’anthropologie sociale. New edition [online]. Paris: Éditions de la Sorbonne, 2003 (generated 25 octobre 2019). ISBN: 9791035102333. DOI: 10.4000/books.psorbonne.24558.

Christian Settipani, « Clovis, un roi sans ancêtre ? », Gé-Magazineno 153 – octobre 1996, p. 96.

Étienne Renard, « Le sang de Mérovée. “Préhistoire” de la dynastie et du royaume mérovingiens », Revue belge de Philologie et d’Histoire  Année 2014  92-4  pp. 999-1039, Persée.

Ian Wood, « L’installation des Burgondes dans l’Empire romain : histoire événementielle », dans Pierfrancesco Porena & Yann Rivière, éds, Expropriations et confiscations dans les royaumes barbares : une approche régionale, Rome, 2012 (Collection de l’École Française de Rome, 470), p. 69-90.

Justin Favrod, Histoire politique du royaume burgonde (443-534), Lausanne, 1997 (Bibliothèque historique vaudoise, 113), p. 100-117: sur la délimitation de la Sapaudia

Daniel Istria, Ed. Le Moyen Âge en Corse – CRDP de Corse, Ouvrage édité avec le concours de la Collectivité Territoriale de Corse – novembre 2012.

Paoli, Paul-François; et Angèle Paoli, Le roman de la Corse, Editions du Rocher, 2012 

Saint Grégoire de Tours, Historia Francorum (Histoire des Francs), Collections de la Bibliothèque nationale de France, Bibliothèque Numérique Mondiale, Library of Congress: « Elle est composée de dix livres. Le premier débute par la Création et se termine par la mort de saint Martin de Tours en 397. Les second, troisième et quatrième livres abordent les événements qui se déroulèrent en France de 397 à la fin de l’année 575, lorsque le roi mérovingien Sigebert (ou Sigisbert Ier) mourut. Les cinq autres livres, se terminant en 591 pendant le règne du roi Gontran (règne : 561–592), relatent les événements dont Grégoire fut le témoin ou dont il eut connaissance. Le manuscrit présenté ici, cote Latin 17654, appartient aux collections de la Bibliothèque nationale de France. »

Chronique de Frédégaire, Collections de la Bibliothèque nationale de France, Bibliothèque Numérique Mondiale, Library of Congress: « par un auteur inconnu, qui vécut vraisemblablement en Bourgogne au VIIe siècle et auquel les érudits modernes donnèrent le nom de Frédégaire. Elle constitue l’unique source sur l’histoire de la Gaule après la mort de saint Grégoire de Tours (538–594). L’auteur acheva probablement son œuvre vers 660. »

Image principale: Liber sacramentorum Romanæ Ecclesiæ (frontispice et incipit). Vers 750. Typique de l’enluminure mérovingienne, qui désigne l’ensemble des manuscrits décorés pendant la période des rois mérovingiens, entre le VIe siècle et la fin du VIIIe siècle, dans l’espace des Royaumes francs. Parchemin – Bibliothèque apostolique vaticane, Reginensis 316, folios 131v et 132 (Incipit liber secundus. Oraciones et præces de nataliciis sanctorum (Livre II)). Folio 131v : une croix sous une arcade, avec les emblèmes des quatre évangélistes, aux bras de laquelle pendent un alpha et un oméga. Il s’agit de la première ligne du texte (= Α + Ω).

Publié par Helene Lavoix

Dr Helene Lavoix, PhD Lond (Relations internationales) est fondatrice et directeur de The Red (Team) Analysis Society. Elle est spécialisée en prospective stratégique et alerte précoce en matière de sécurité nationale et internationale. Elle se concentre actuellement sur l'intelligence artificielle, la science quantique et la sécurité. Elle enseigne au niveau Master à SciencesPo-PSIA.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.