Eugène Lefebvre de Longeville est né le 10 septembre 1839, à Hucqueliers, où se situait le fief des Lefebvre de Longeville aux 17ème et 18ème siècles.

Eugène enfant

Pour accéder aux paragraphes réservés à la famille, n’oubliez pas de vous identifier. Sinon, vous n’aurez accès qu’à la version publique de l’article.

Eugène est le fils de Marie Louise Eugénie Adolphie Trannoy et de Pierre Auguste Lefebvre de Longeville, notaire à Hucqueliers puis Amiens. Pierre Auguste fut également Maire, mais nous n’avons pas identifié de quelle ville. Il n’est pas mentionné dans la liste des maires de Hucqueliers (source Françoise Lavoix).

Ce qui reste de la propriété de Longeville à Hucqueliers en 2009

Bien que l’adresse sur l’acte de naissance soit indéchiffrable, on peut imaginer qu’il naquit dans la propriété de Longeville.

D’après les archives notariales, « le fief de Longeville, fief noble situé à Hucqueliers, mentionné depuis 1248, tenu de la principauté de Tingry », donna « son nom à la famille Lefebvre de Longeville qui le possédait au 18e siècle ».(1) Le fief fut effectivement acheté par le plus lointain ancêtre de la famille que nous avons tracé à ce jour (22 novembre 2019), Marc Antoine Lefebvre en ou vers 1682.(2)

Armes de la famille Lefebvre de Longeville: « De sinople à une fasce crénelée d’or, accompagnée de trois grenades de même, égrenées de gueules. » Chaix d’Est-Ange, Dictionnaire des familles françaises anciennes ou notables à la fin du XIXe siècle, 1903: 286

Eugène n’a que 7 ans lorsque sa maman décède à 43 ans, le 16 septembre 1846, à Amiens, où elle était née le 20 Germinal de l’an XI (10 avril 1803). Ce sont ses tantes, Adeline et Aglaée Trannoy qui vont l’élever.

La famille (d’après l’adresse de son père) habite alors à Amiens, rue des Verts Aulnois (sise dans le 3ème arrondissement dit du Sud-Ouest, devenue par la suite rue Albert Dauphin). Cette adresse est également, en 1801, celle de Pierre Aimable Jean Baptiste Trannoy, le beau-père de Pierre Auguste. Pierre Aimable étant décédé en 1831, il a laissé la maison à ses enfants.

La famille possède une autre maison à Amiens, sise au 20 rue des Capucins et demeure de Marguerite Ursule Judas du Souich, la grand mère maternelle d’Eugène. C’est dans cette maison que la mère d’Eugène vit avant son mariage en 1838, et c’est là qu’elle décède auprès de sa mère. C’est également là que le frère cadet de Marie Louise Eugénie Adolphie, Jean Baptiste Edmé Charles Eugène décède le 2 juin 1837.

« Après la dernière guerre, les plans d’urbanisme ont rayé de la carte d’Amiens cette rue [la rue des capucins] qui débutait à l’intersection de la rue Duméril et de la rue de Beauvais pour aboutir, vers l’ouest, à la rue Saint-Jacques, à l’emplacement très approximatif de l’actuel rue Gresset. » Amiens hier et aujourd’hui – Quartier Saint-Rémi – Saint-Jacques

On peut supposer que le petit Eugène vivra avec ses tantes Trannoy et probablement son père, qui a alors 46 ans, et n’exerce déjà plus sa profession de notaire, rue des Verts Aulnois. Là Eugène sera probablement élevé dans l’histoire des familles Trannoy alliance Judas du Souich. Le souvenir s’est, en effet, ensuite transmis fortement de façon orale jusqu’à nous.

Alors qu’il a 15 ans, c’est sa grand-mère maternelle Marguerite Ursule qui décède, le 27 janvier 1854. Etrangement le numéro de la maison où elle vit alors est le 28 rue des Capucins.

Eugène homme, mari, père et peintre

Eugène est peintre. On connait cependant peu de ses oeuvres.

Vierge à l’Enfant par Eugène L. de Longeville

On sait également fort peu de choses sur sa vie.

Eugène se marie le 23 juin 1869 à 29 ans avec Joséphine Marie Augusta Boissonnet, qui a alors 21 ans, à Douai, où Joséphine demeure avec ses parents.

Le grand-père de Joséphine est le Baron André Barthélémy Boissonnet, maréchal de camp du génie, chevalier de Saint-Louis ; créé chevalier de l’Empire par lettres patentes du 20 août 1809 et baron le 15 septembre 1813.

Le père d’Eugène alors âgé de 69 ans n’assiste pas à son mariage, mais donne, d’Aix-en-Issart où il habite maintenant, son consentement par acte notarié. Les témoins du côté du marié sont ses cousins Gustave du Souich d’Amiens, âgé de 64 ans et Hyacinthe Corne, ancien magistrat de Douai, âgé de 66 ans. Pierre Auguste était-il malade ou trop âgé et incapable de se déplacer, ou le père et le fils étaient-ils brouillés?

Eugène et Joséphine ont leur premier fils, Joseph Pierre Marie Alfred, né le 23 mars 1870 (Oncle Joseph – histoire à venir);

Joseph bébé – 1870
Pierre Eugène Lefebvre de Longeville et son épouse Joséphine (devant Eugène), la bonne Fidéline tenant Joseph dans les bras, une tante Trannoy – probablement 1870 (source: notes manuscrites au dos, probablement de Marguerite Durand de Longeville épouse Lavoix) – Photo par Vivot Photo – Amiens

Deux ans plus tard, le 1 mars 1872 Eugènie Augusta Marie Marguerite voit le jour (Mamanette, notre arrière grand-mère pour ma génération). Albert Marie Bernard Philippe, le dernier né du couple, nait le 4 août 1877. Les trois enfants naissent à Amiens. D’après les actes de naissance, la famille habite chaque fois dans un lieu différent.

Que sont devenues les maisons de la rue des Verts Aulnois et du 20 – ou 28 – rue des Capucins?

Moins d’un mois avant la naissance de son dernier né, c’est le père d’Eugène qui décède, le 23 juillet 1877 à Aix-en-Issart dans le Pas de Calais, entre Montreuil et Hucqueliers, où, rentier, il demeurait depuis au moins 1869. C’est Eugène qui déclare le décès.

Les deux époux, Joséphine et Eugène, s’entendent peu.

D’ailleurs, à un certain moment, entre la naissance d’Albert en 1877 et le mariage de Mamanette en 1894, Eugène alors âgé de 55 ans et Joséphine, alors âgée de 47 ans, ont décidé de vivre « séparément par accord mutuel à cause de leur incompatibilité d’humeur » (retrouver la source).

Il s’installera à Dury dans la Somme, où il habite en 1894.

Le décès de ses deux tantes, Adeline en 1884 et Aglaée en 1893 a peut-être favorisé le départ d’Eugène d’Amiens?

En tout cas, en 1884, Eugène déclare le décès de sa tante Adeline le 20 février 1884, et demeure à l’époque encore à Amiens, au 14, rue Desprez d’après l’acte. Cette adresse est la même que celle donnée lors de la naissance d’Albert. On peut donc supposer qu’alors Eugène vit encore avec sa famille. La séparation aurait donc eu lieu entre 1884 et 1894.

Mamanette vit en 1894 avec sa mère et probablement son frère cadet Albert – et peut-être son frère ainé Joseph – au 36 rue des Capucins.

En 1906, par contre, si l’on en croit l’acte de mariage d’Albert où ce dernier « habite avec ses père et mère à Amiens », Eugène serait retourné vivre avec sa femme. Il a alors 67 ans et est propriétaire à Amiens.

Eugène nous quitte le 15 octobre 1917 à Amiens, à 8h du matin. Il avait 78 ans.

Références

Les actes et sources diverses sont accessibles dans l’arbre généalogique, en cliquant sur les noms.

(1) Groupement Généalogique de la Région du Nord, AM476, « Notaires d’Hucqueliers, Pas-de-Calais: Actes de 1567 à 1657, Testaments 1637 à 1678« , 16 août 2012.

(2) Etude famille Jourdier, Hermès et GenNPdC Forum « LEFEBVRE (de LONGEVILLE), Hucqueliers » par alesage, 2012.

Hyacinthe Dusevel, Histoire de la ville d’Amiens: depuis les gaulois, Jusqu’ en 1830, Volume 2, Machart, 1832 – Amiens (Somme)

Publié par Helene Lavoix

Dr Helene Lavoix, PhD Lond (Relations internationales) est fondatrice et directeur de The Red (Team) Analysis Society. Elle est spécialisée en prospective stratégique et alerte précoce en matière de sécurité nationale et internationale. Elle se concentre actuellement sur l'intelligence artificielle, la science quantique et la sécurité. Elle enseigne au niveau Master à SciencesPo-PSIA.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *